Quimper. Gilles Pennelle (FN) et David Rachline pour une nouvelle charte des identités régionale

November 6th, 2015

pennelle

06/11/2015 – 08H00 Quimper (Breizh-info.com) – Gilles Pennelle, tête de liste du FN pour les élections régionales en Bretagne et David Rachline, sénateur-maire de Fréjus, étaient en meeting mercredi soir à Quimper, devant 120 personnes environ.

Au préalable, lors d’une conférence de presse, Gilles Pennelle – entouré d’Alain Delgrange, responsable de Quimper et de Patrick Le Fur, responsable du Finistère – a exposé son programme pour la Bretagne en cas d’élection à la tête de la région. L’occasion pour lui de rappeler que la Bretagne n’est désormais plus une terre de mission, le travail d’implantation réalisé depuis quelques années commençant à porter ses fruits. L’occasion également – et ce fût là une des surprises de la soirée – d’établir, en compagnie du plus jeune Sénateur de France, un éclaircissement par rapport à la position du Front national sur les identités régionales.

En effet, alors qu’une journaliste présente rappelait l’opposition du Front national à la charte des langues régionales et minoritaires – retoquée récemment par le Sénat à majorité de droite, David Rachline a tenu à clarifier la position du parti de Marine Le Pen : « Que les choses soient claires.  Nous n’avons rien contre les identités régionales qui font partie intégrante de la France. C’est pourquoi nous proposerons la ratification d’une charte des identités régionales lorsque nous arriverons au pouvoir.  La charte qui était proposée à l’heure actuelle et qui incluait également des langues minoritaires, mettait sur le même plan l’arabe que le breton. Nous ne sommes pas d’accord. » Oui à l’enseignement du breton en Bretagne, oui aux subventions pour les associations culturelles et linguistiques régionales. Non à l’enseignement de l’arabe et stop aux subventions ici pour apprendre une langue ne faisant pas partie de notre patrimoine français , là pour aider des associations cultuelles musulmanes … »

Prenant l’exemple de la Corse, M. Rachline a par ailleurs dénoncé une partie des « nationalistes / indépendantistes » de gauche, « qui accusent le Front national de vouloir en finir avec l’identité de l’île de beauté, tout en s’alliant électoralement et dans la rue à l’UMPS, tout en oeuvrant pour l’immigration de peuplement …»

Une mise au point illustrée également par l’action du maire de Fréjus, qui a rappelé attribuer plusieurs subventions, dans sa commune, aux associations culturelles provençales. « Mais il n y a plus un centime de distribué aux associations qui aident les migrants, et aux associations communautaristes » a-t-il rappelé.

Gilles Pennelle s’est d’ailleurs engagé, à la Région, à suspendre toutes les subventions qui iraient à des intérêts « autres que ceux des Bretons et des Français», rappelant notamment qu’un conseil régional n’a pas, avec l’argent du contribuable, à financer, « ici, un puit en Afrique, là des cours de langue arabe ».

A une question sur l’assimilation des immigrés en France, là encore , la réponse apportée se veut ferme « si le Front national arrive au pouvoir en 2017 » : « Oui, il faut assimiler une partie de ceux qui sont ici, mais il faut aussi et surtout aujourd’hui empêcher tout nouvel immigré de rentrer en France, expulser les délinquants étrangers, et tous ceux qui ne respectent pas les valeurs de la République » a indiqué M. Rachline, rappelant que l’immigration que la France a connu par le passé avec les Espagnols, les Portugais, les Italiens, était « une immigration européenne, qu’on ne peut pas du tout comparer avec les populations qui arrivent aujourd’hui chez nous. ».

Un discours incisif, qui a rencontré un très bon accueil par la suite dans le public dont certains étaient venus supporter leur candidat tandis que d’autres étaient venus avant tout pour découvrir. « Ca fait du bien d’entendre ça, ça tranche avec le discours de Florian Philippot par exemple avec qui je ne suis pas du tout d’accord » nous confie un militant. Même son de cloche chez son voisin : « Si j’ai adhéré au Front national, c’est pour lutter contre l’immigration avant tout, pas pour qu’on attaque nos identités régionales , j’aime bien ce retour aux fondamentaux tout en s’inscrivant dans une logique de prise de pouvoir ».

Autres annonces concernant la région, faites par M. Pennelle : une opposition à la ligne grande vitesse (LGV) « beaucoup trop coûteuse et pas au service des Bretons », à mettre en parallèle avec un soutien au développement du transport interrégionale, et notamment aux lignes laissées à l’abandon aujourd’hui.  Concernant la gestion des lycées, outre la généralisation dans les cantines de l’alimentation locale « en soutien à nos producteurs et à nos éleveurs », M. Pennelle entend interdire le halal dans les cantines de Bretagne et mettre en place des moyens importants pour lutter contre le trafic de drogue, le racket, la violence au sein des établissements scolaires.

Enfin, Gilles Pennelle s’est également fendu de quelques attaques visant ses principaux concurrents aux régionales , parlant de Marc Le Fur comme de « l’homme qui dit l’inverse en Bretagne de ce qu’il vote à Paris »en référence à l’écotaxe, de Christian Troadec comme « l’imposteur de Carhaix au service de la gauche » ou encore de Pierrick Massiot, président sortant du conseil régional et soutien de Jean-Yves Le Drian comme « d’un homme dont la plupart des électeurs ne savent même pas qui il est ».

Après l’Ille et Vilaine ce vendredi, c’est la semaine prochaine que sera dévoilée la liste des candidats en Finistère, à l’occasion d’une conférence de presse « dans un lieu symbolique du département » nous a-t-il garanti.

Photo : breizh-info.com
[cc] Breizh.info,  2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

About admin