LA BRETAGNE ASSERVIE, DÉTRUITE ET DÉCERVELÉE PAR LA FRANCE (1789 À 2008)

CHAPITRE V – PARTIE I – LA BRETAGNE ASSERVIE, DÉTRUITE ET DÉCERVELÉE PAR LA FRANCE (1789 À 2008). (PAGES 55 À 60)

Nantes, métropole économique de la Bretagne, qui fut la capitale politique brillante du Duché, en même temps qu’un centre important de la diplomatie européenne, est particulièrement visée. Les agissements du sinistre Carrier, en Loire Inférieure – département éminemment breton -, sont restés célèbres : outre les traitements ci-dessus, pour gagner en efficacité, on met au point une technique spéciale de noyade, adaptée à la vermine bretonne : on enferme une centaine de malheureux sous le pont d’un bateau, on condamne les sorties, on coule le navire dans la rivière; on perfectionne le procédé : on jette par centaines des habitants, non sans les avoir brutalisés avec une cruauté inhumaine, dans des barges qui s’ouvrent par le fond ; la méthode est rapide, le bateau est récupéré intact, et sert à d’autres exercices ; des hommes et des femmes sont liés ensemble, avant d’être jetés à l’eau, dans des positions sou- vent impudiques, le père avec la fille, la mère avec le fils : c’est la technique dite du « mariage révolutionnaire »; des noyades pour enfants sont organisées. La Loire est baptisée « baignoire nationale ». Carrier commente, admiratif : « Ah! La Loire ! Quel beau fleuve révolutionnaire ! ».

Au total, en Vendée, sur une population de 815 000 habitants, 117 000 sont tués : les éléments du crime de génocide, tels que définis par la Convention de l’ONU de 1948, sont réunis (Golnadel, Sécher et Courtois). L’intention prouvée des révolutionnaires de Paris est bien d’exterminer totalement les populations de l’Ouest.

En Bretagne, il est malheureusement impossible, pour le moment, d’établir un bilan des disparus, tués, torturés.
A Nantes, on parle de 4000 à 5000 noyades ; le total des victimes dépasse sûrement plusieurs dizaines de milliers pour tout le pays.

Voici maintenant qui constitue pour les Bretons de 2008, une révélation effrayante : le génocide des Bretons est programmé par Robespierre, malade mental avéré, dont le nom orne encore de nombreuses rues, places et divers lieux (travaux de Reynald Secher, communiqués aux auteurs, aujourd’hui rendus publics). Les Bretons d’aujourd’hui doivent peut-être d’exister grâce à l’exécution de Robespierre.

Parmi les centaines de phrases prononcées par ces dérangés mentaux, on cite volontiers celle de Carrier : « Nous ferons de la France un cimetière, plutôt que de ne pas la régénérer à notre façon ».
Et celle du général Westermann, passée à la postérité par l’horreur qu’elle suscite, qui commande les armées à Savenay, en Bretagne, en 1793 : « Il n’y a plus de Vendée; elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants Je viens de l’enterrer dans les marais de Savenay. J’ai écrasé les enfants sous les pieds de mes chevaux, massacré les femmes, qui n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé… Les routes sont semées de cadavres ; il y en a tant qu’en plusieurs points, ils font des pyramides ».

Dans LE LIVRE BLEU DE LA BRETAGNE : La Bretagne asservie, détruite et décervelée, pages 31 et suivantes. Ce petit livre est à faire connaître, IMPERATIVEMENT, à tous vos parents, à tous vos amis. L’émancipation de la Bretagne est une oeuvre collective, sans distinction de partis, d’idéologies, de religion et, bien sûr, de races.  Il est actuellement publié sur Facebook, et dans le site http://bretagne-culture-histoire.webnode.fr/. Comme toutes les publications de Louis Mélennec, il peut être librement reproduit, en totalité ou en partie, libre de droits, sans demande d’autorisation préalable. Il est destiné à être amplifié dans le futur, avec un appareil de notes et de références irréfutables.

En savoir plus : http://bretagne-culture-histoire.webnode.fr/…/v-la-bretagn…/Créer votre propre site web gratuitement: http://www.webnode.fr

capture-breizh

About admin