Elections européennes

Demat d'an holl,

""


Les municipales passées, je tenais à vous informer que je me présente sur la liste de Vincent Lancien (Parti Fédéraliste Européen) sur la circonscription Ouest pour les prochaines élections européennes.
Le fédéralisme ce sont mes racines, puisque j'ai créé BREIZH 2004 pour les élections régionales de 2004, en affichant nos convictions fédéralistes.

La raison de cet engagement est simple. Comme vous le savez, j'ai beaucoup fréquenté les couloirs de la Commission Européenne et du Parlement Européen. Je considère qu'aujourd'hui l'Europe est malade d'avoir délaissé ses citoyens de l'intérêt qu'elle pouvait nous apporter au profit de technocrates qui rendent l'opinion public de plus en plus défian
te de ses institutions.

L'Europe des nations, tel qu'on nous l'a proposée jusqu'à présent n'a fait que crisper l'opinion sur des sujets majeurs tels que l'élargissement, la protection aux frontières communautaires, les dettes des nations, le pouvoir bancaire ou encore notre monnaie l'Euro.

Il est important de changer de cap car ces crispations nous mènent sur deux idéologies politique néfastes, à savoir le nationalisme (de plus de plus d'adhésions aux idées du FN) et de l'autre un socialisme protectionniste tel que peut le défendre Mélanchon.
Or ces idéologies ne sont qu'un mauvais diagnostic de la maladie des instances Européennes.
Comme vous le savez chaque état est aujourd'hui endetté et la banque centrale ne dispose que de très maigres pouvoirs. Notre drame c'est que nos imp&ocirocirc;ts pour couvrir le gros de ces dettes ne sert pas dans les dépenses de fonctionnement mais sert juste à rembourser de l'argent d'emprunt, un peu comme un chien qui se mord la queue.

Et à qui remboursons-nous ces emprunts ? Aux banques, c'est-à-dire à des créanciers privés plutôt que d'emprunter à notre banque centrale. Et le pire dans tout cela, c'est que ce sont des partis comme le front de gauche qui ont contribué à ne pas donner de pouvoir à la BCE en refusant de doter l'Union Européenne d'une constitution. Paradoxale non, ces même gens qui tapent en permanence sur les banques et la finance n'ont-ils pas aidés par leurs positions à l'explosion des dettes souveraines ? A qui profite le crime ? Le drame européen c'est que nous avons totalement délaissé l'Europe politique au profit d'une Europe uniquement économique et de la finance.

L'autre argument auquel je m'oppose, défendu par les souverainistes, est celui de l'identité.

M'intéressant à l'Histoire, je pars du principe que beaucoup de nations on voulut dominer l'Europe en imposant leurs dogmes, leurs cultures sur un continent qui à l'époque correspondait au monde.
Il est d'ailleurs intéressant de noter que beaucoup de nationalistes ne sont pas contre une " Europe Napoléonienne " c'est-à-dire qu'ils ne seraient pas contre l'extension de leur pays, mais réfutent toute volonté de se fédérer au sein du même espace géographique en respectant les traditions et cultures de chacun.

Ce discours et j'en suis conscient, a du mal à faire son chemin au sein d'une opinion publique de plus en plus nationaliste. Mais interroger ces mêmes nationalistes sur la culture commune entre un dunkerquois et un mentonnais il y a un siècle avant l'arrivée de la télévision ?


Ayant grandi à Tregastell (Bro Dreger) la langue maternelle de mes grand parents était le breton qu'ils ont appris avant même de savoir parler Français, et ce malgré les Hussards Noirs de la république, c'est à dire les instituteurs.

Bref, ces exemples ne sont là que pour souligner que si nous avons tous nos coutumes, nos traditions, il est possible de garder son identité en fédérant les Broioù pour créer un état fédéral répondant aux besoins du monde de l'époque et d'avoir des convergences culturelles communes.

Je vous accorderais volontiers que la France n'est peut-être pas le bon exemple pour décrire cette dernière phrase mais
si l'on s'intéresse aux regroupements de peuple du XIXième siècle (l'unité Italienne de Garibaldi et Victor Emmanuel, ou la création de l'empire Allemand sous Bismarck), nous avons là des exemples tout à fait parlant pour vous décrire ma vision du sens de l'Histoire.

Le sens de l'Histoire tel que je le vois c'est que les états nations tel que nous les avons connus appartiennent au passé, et je considère qu'il faut s'avoir s'adapter et aller vers des organisations territoriales nouvelles, en étant conscient que nos convergences (géographique, culturelle, politique, linguistique) sont infiniment plus grandes que nos divergences.

Je considère également que les défenseurs d'une Europe des Nations nous mènent dans le mur car sans harmonisation fiscale, sans réel pouvoir de la BCE sur la situation monétaire, sans protection communautaire aux frontières, sans armée commune, sans politique étrangère unitaire, et surtout sans démocratie directe avec une commission faisant office de père fouettard, elle donne toutes les cartes en main aux souverainistes dans la bataille d'opinion.

C'est pour toutes ces raisons que je souhaite au plus vite une Fédération Européenne, pour plus de démocratie, de liberté et de souveraineté du peuple Européen.
Claude GUILLEMAIN
Président

About gorm