Notre dame des Landes : le reflet d'une société en décomposition

Des cabanes à l'abandon dont les seringues jonchent encore le sol.
Des bouteilles en verre cassées à n'en plus finir.
Des mégots de cigarettes partout et d'autres substances illicites.
Des arbres cassés, de la végétation massacrée.

Tel est le triste spectacle qui se trame aujourd'hui et depuis quelques mois maintenant à Notre Dame des Landes, en Bretagne, où un aéroport doit être construit, sans que jamais les bretons n'aient été consultés d'ailleurs, détestés qu'ils sont par le Jacobin Ayrault. Cet aéroport a fait naître une contestation, qui semblait jusqu'à il y a quelques semaines être légitime et amener un débat, voir un référendum. Mais le premier ministre a manifestement préféré laisser le terrain de la contestation à la cour des miracles.

Car qui sont aujourd'hui les créateurs de ce triste décor et de ces cabanes à toxicos ? Le groupe Vinci ? Les Gendarmes mobiles ? Les extraterrestres ? Les fascistes ?

Non, tout simplement des petits groupes d'anarchistes, de pseudo écologistes, d'étudiants en 8e première année d'histoire, des toxicomanes, des hippies et avec eux sans aucun doute quelques vrais opposants, quelques vrais paysans qui refusent de voir leurs terres sacrifiées sur l'autel de la mondialisation.

Les 20 ou 30 000 personnes qui se sont déplacées un samedi de Novembre pour manifester leur opposition à la construction de cet aéroport ne sont certainement pas à mettre dans le même lot, mais doivent être placées devant leurs contradictions. Combien ont contribué à donner tous les pouvoirs à la gauche ? Combien mettent en avant la lutte écologique, mais laissent dans le même temps des mégalopoles se construire en Bretagne ? Combien mettent en avant le social sans se préoccuper des milliers d'emplois qui pourraient être créés avec l'aéroport ? Combien mettent en avant l'humain d'abord, mais ne tolèrent pas qu'on soit contre l'immigration invasion aujourd'hui présente sur notre sol ? Pourquoi ne disent-ils pas qu'un aéroport, ce sont aussi des migrations accélérées, une urbanisation démesurée et tous les fléaux qui vont avec le monde moderne ? Pourquoi se mentent-ils à eux même en prétendant défendre les paysans locaux alors qu'ils vont ensuite prendre leur café équitable de Colombie, habillés dans leurs haillons fabriqués en Chine, coiffé avec un Keffieh de Palestine, en fumant des cigarettes américaines (et en refusant de manger des oranges d'Israël, mais uniquement par conviction politique hein) ?

Le fait est qu'aujourd'hui, dans une zone désaffectée de Bretagne, une poignée d'individus, ayant trouvé un terrain et des dizaines d'excuses pour l'occuper tout aussi illégalement que le groupe Vinci veut le faire, entend décider pour les Bretons ce qu'ils doivent penser, de ce qu'ils doivent faire, ce que doit être leur avenir.
Tout comme Jean Marc Ayrault, depuis le début de ce projet, entend également faire passer de force son projet qui ne fait pas l'unanimité.

Dirigeants socialistes jacobins contre pseudo anarchistes et toxicomanes : le combat pourrait prêter à sourire si derrière celui-là ne se cachait pas d'énormes contradictions et surtout, la vision au quotidien, d'un État qui se refuse à employer la force face à des personnes qui ne représentent qu'eux-mêmes, alors que ce même État n'hésite pas à multiplier les arrestations, les gardes à vue, les procès, les peines de prison pour des militants dits " patriotes " ou " nationalistes " et qui, si on s'en tient aux résultats électoraux et aux récents sondages, véhiculent eux des idées tout de même partagées par 30 à 40 % de la population française.

La vision de ces pseudo anarchistes, qui hurlent au fascisme et à la bête immonde, qui vocifèrent contre l'État policier avant de s'enfuir au moindre coup de matraque ou pis encore, de hurler à l'injustice quand quelques gendarmes mobiles décident d'employer des méthodes un peu plus " viriles " est risible.

Mais elle est également inquiétante : on constate en effet que l'État tolère manifestement cette forme d'agitation, de dépravation même quand on voit le sol jonché de seringues.
Tout comme cet État tolère que les forces de l'ordre n'aillent plus dans les cités, ne contrôlent plus certaines populations, ne " fassent pas de vague "

Parallèlement à ces agissements, le français moyen (ou ici le breton moyen) se contente de regarder, de grommeler, de s'insurger, de voter aussi (" c'est important hein ! ", mais il n'agit pas, vautré qu'il est le soir dans son canapé en rentrant du boulot.
Il continue à payer sa redevance TV tous les ans alors que quotidiennement, on lui crache à la gueule en lui rappelant qu'un français moyen, qu'un breton moyen, c'est un gros con.
Il continue à payer ses impôts et ses charges, alors que tous les ans, il sait très bien qu'il contribue ainsi à permettre à des milliers de clandestins et de nouveaux Français de vivre des allocations et du chômage.
Il continue à payer ses amendes pour des petits excès de vitesse et à perdre son droit à conduire pour trois verres au lieu de deux, alors qu'il est au courant que l'État recommande de ne pas contrôler certaines populations.
Il continue à payer son loyer et ses ordures ménagères, alors qu'il voit très bien que certaines associations squattent des bâtiments, réquisitionnent des logements vides, y logent des clandestins, gratuitement, aux frais de la princesse, les laissant dans des états dignes de bidonvilles en repartant.
Mais il va continuer jusqu'à quand ce gros con dont l'État se fou éperdument ?
Il attend de crever et de laisser un avenir désastreux à ses enfants qu'il aura élevés dans cette même culture du conformisme, de la lâcheté, de la faiblesse, et de l'impression " d'être un honnête homme " ?

Car il n'est pas un honnête homme celui qui laisse cette situation sans réagir. Il est avant tout un con et un lâche.

L'honnête homme, aujourd'hui, se placerait avec ses amis devant son percepteur d'impôt et ferait un grand brasier avec ses moult avis reçus à longueur d'année.

L'honnête homme, aujourd'hui, ramasserait toutes ses amendes de stationnement et d'excès de vitesse, roulerait avec sa voiture et sans le permis qu'il ne possède plus, et irait les jeter dans les bureaux d'un commissariat de police quelconque .

L'honnête homme aujourd'hui, refuserait lui aussi de payer son loyer tant que l'État n'aurait pas fait son devoir d'expulsion de toutes les personnes qui n'ont rien à faire sur le territoire de la communauté nationale.

L'honnête homme aujourd'hui, refuserait de payer des charges sociales ou patronales tant qu'on n'aura pas stoppé de nourrir les clandestins, de les soigner, des les loger. Tant qu'on n'aura pas mis au pas les associations qui les aident. Tant qu'on n'aura pas mis fin au règne des étudiants en grève après leur 8e première année d'histoire.Tant qu'on n'aura pas mis fin au règne des syndicalistes minoritaires, preneurs d'otage.

L'honnête homme aujourd'hui irait squatter l'Assemblée nationale, avec des centaines de milliers de ses compatriotes, tout comme quelques dizaines d'individus squattent aujourd'hui un terrain qui ne leur appartient pas à Notre Dame des Landes.

La différence, c'est que l'Assemblée nationale appartient au peuple. Et l'honnête homme serait dans son bon droit s'il voulait, avec des centaines de milliers de ses compatriotes, changer le sort et la destinée d'un peuple qui passe son temps à fermer sa gueule en regardant des petites minorités décomplexées le détruire quotidiennement.

Il serait dans son bon droit si il se décidait enfin à ne plus baisser la tête et à ne plus penser qu'à sa petite vie minable, cette petite vie égoïste et pourrie, vie d'éternel esclave.
Esclave d'un système qui a réussi le tour de force de laisser croire au peuple intoxiqué par les médias qu'un ramassis de toxicomanes et d'anarchistes bourgeois apparaissent comme les derniers défenseurs d'une société alternative à ce " meilleur des mondes ".

Vivement que ce pays crève !

About gorm