L'UMP: "La France disparaîtrait dans un conglomérat de régions européennes semi-autonomes"

L'UMP parle-t-elle au nom des Français?
Si oui, l'UMP a-t-elle analysé l'influence du fédéralisme européen? Qui ne menace pas la cohésion nationale, mais qui va changer l'organisation de l'espace national. Désormais, et en suivant l'exemple allemand, c'est de fédéralisme européen qu'il est question.
Cette contestation de l'unité nationale s'inscrit dans un processus qu'on retrouve dans les autres pays d'Europe.Second élément : le €œchoc € migratoire. Sur une période très courte €“ les vingt dernières années €“, entre 3 millions et 4 millions de personnes ont immigré en France. Les réactions ont été plus contrastées qu'on ne le croit : xénophobie, racisme, mais aussi intégration.
Qu'est-ce qui fait la France ? Si ce n'est les Régions !
Les propositions de Monsieur Nicolas Dhuicq tentent de donner un sens politique à l'état-nation français, une valeur démocratique, républicaine, ouverte. Ce que le philosophe et sociologue Jürgen Habermas en Allemagne, a théorisé sous le nom de €œpatriotisme constitutionnel € : être fier de sa Constitution.
Mais ces tentatives de redéfinition d'une citoyenneté politique n'ont aucune légitimité. Ainsi, sous l'UMP comme sous l'Ancien Régime, on retrouve la même conception de la souveraineté comme " puissance absolue et éternelle " d'une république source de tous les droits et devoirs du citoyen. La souveraineté des jacobins ne souffre pas de restrictions. L'UMP dénonce le " fédéralisme " des régions dans les mêmes termes qu'employait la monarchie absolue quand elle reprochait, par exemple, aux protestants de vouloir " cantonner " la France à l'image de la Suisse. Ils jettent l'anathème et luttent contre les particularismes locaux de la même façon que le pouvoir royal s'efforçait par tous les moyens de réduire l'autonomie des féodaux. Ils avancent pour légitimer la justice révolutionnaire les mêmes arguments que Richelieu défendant le pouvoir discrétionnaire du prince. Avec la Révolution, la souveraineté nationale s'oppose à l'absolutisme royal, non pas du tout en récusant l'absolutisme, mais en transférant à la nation les prérogatives absolues du rois toujours été bien relayées par les partis.

On reste aujourd'hui dans une situation de dictature jacobine, d'incertitude et de doute de l'opinion.

Breizh reste à construire.

""

44, rue Léon Durocher

22730 TREGASTEL

breizh.2004@ gmail.com

http://www.breizh- 2004.org


Fondé en 2004, BREIZH 2004 a pour mission de soutenir et de diffuser des recherches et des textes d'opinion sur des sujets touchant le développement de la Bretagne en Europe. Lieu d'échanges, de concertation et de débats entre les groupes et les individus qui réfléchissent et agissent pour bâtir la Bretagne, BREIZH 2004 se situe au carrefour de l'observation et de l'action. Il a pour but de susciter la réflexion sur les enjeux d'actualité qui concernent la Bretagne et l'Europe. BREIZH 2004 défend le concept de fédéralisme intégral, de fédéralisme fiscal et de localisme dans le cadre des institutions et dans le cadre de la société.

About gorm