Débat sur l'identité nationale (suite)

Le prétendu "débat" sur l'identité nationale n'a été ni réclamé ni organisé ni par les royalistes ni par les fédéralistes, ni par les libéraux ni par les régionalistes, ni par les nationalistes barrésiens ou maurrassiens. Il semble, au départ, ne concerner que les jacobins. Comme à leur habitude, ces gens bousillent toute discussion, en attendant, un peu plus tard, de se guillotiner les uns les autres.

Ils ont certes introduit un climat relativement délétère. Chose extraordinaire, ils interdisent d'expression la frange de l'électorat qu'en théorie ils se proposent de séduire. Votez pour nos listes, mais taisez-vous. Le but du jeu consiste à adjoindre en gros 8 à 10 % de l'électorat, aux 28 % obtenus par l'UMP aux européennes de 2009 afin de reconquérir en 2010 une partie des 20 régions sur 22 détenues par la gauche.

Les hommes politiques et les électeurs qui n'appartiennent ni à la gauche socialo-communiste ni à la majorité parlementaire ne semblent pas dupes de l'opération. Mme Le Pen parle délicatement "d'enfumage". François Bayrou souligne de son point de vue l'impudicité de ce pseudo-débat. "Cet incident, c'est la conclusion logique de la manière dont en France on est en train d'exciter une partie de la population contre l'autre. Les dérapages sont inévitables. S'il y a des dérapages au sein d'un groupe parlementaire normalement très policé, imaginez ce que c'est dans les conversations de voisinage". [Je dirais à M. Bayrou que nous n'avons pas besoin "d'imaginer" ce qu'il en est : il suffit d'écouter les gens s'exprimer tous les jours, au bistrot ou chez le coiffeur. La bonde a été ouverte, l'eau s'écoule à flot.]

Source : http://www.insolent.fr/2009/12/nora-berra-doit-presenter-des-excuses-ou-quitter-le-gouvernement.html

About gorm