Coupe de France. Jour de gloire pour le Bro gozh

"060509_drapeau_bretagne.jpg"La finale de la Coupe de France entre Rennes et Guingamp a déja fait un gagnant: le Bro gozh ma zadoù, l'hymne de la Bretagne. Sans doute une découverte pour la plupart des jeunes bretons.


L'hymne breton, le "Bro gozh ma zadoù" (Vieux pays de mes ancêtres), ne fera pas partie du protocole de la finale de la Coupe de France prévue entre Guingamp et Rennes. Il ne sera pas diffusé juste avant ou juste après la Marseillaise comme l'avait par exemple demandé Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional de Bretagne.

""

On l'entonne à la fin des fêtes de la Saint-Loup, à Guingamp. Mais les occasions de l'entendre ne sont pas légion. Ce n'est pas lui faire injure que de dire que le Bro gohz est inconnu de beaucoup de Bretons. Même si ce n'était pas son but, la proposition de le jouer à l'occasion de cette finale, va redonner à ce vieux chant une nouvelle jeunesse. Demain, sera son jour de gloire. Le Bro gozh n'aura jamais fait autant parler de lui et jamais sans doute autant de Bretons réunis pour un même événement auront eu l'occasion de l'écouter et de le chanter.

Inspiré de l'hymne gallois

Un petit peu d'histoire. C'est en 1903 au congrès de l'Union régionaliste bretonne, à Lesneven (29), que le Bro gozh ma zadoù ("le vieux pays de mes pères") fut proclamé "chant national". Ce chant est en fait une adaptation de l'hymne national gallois. La musique est la même. Les paroles sont, elles aussi, très largement inspirées de l'hymne gallois. Elles ont été écrites à la fin du XIXesiècle par un certain François Jaffrenou, de son nom de barde Taldir, alors élève à Saint-Brieuc. Devenu un membre influent du mouvement autonomiste breton, il aura quelques problèmes à la Libération avec la justice avant d'être gracié. Avant celle de François Jaffrenou, un pasteur missionnaire gallois avait écrit une autre version du Bro gozh mais, explique un historien, "elle ne correspondait pas à la vision de la Bretagne qui était celle du mouvement breton".

Un premier pas

Demain, pour des raisons protocolaires et matérielles, c'est seulement un enregistrement du Brogozh qui sera diffusé. Alan Stivel ne le chantera pas. Peu importe finalement, c'est un premier pas vers une reconnaissance plus officielle. Le monde sportif est moins timoré que le monde politique.

Difficile de trouver paroles plus inoffensives. L'hymne breton est certes un hymne national mais on ne le chante pas contre un autre hymne.

La finale de la Coupe de France coïncide avec la journée de l'Europe dont la devise est "unité dans la diversité". Même si ce n'est qu'un pur hasard, la diffusion du Bro gozh une heure et demie avant la Marseillaise en sera une illustration.
La FFF précise qu'il sera diffusé vers 19h30 "pour contribuer à créer l'ambiance chaleureuse et authentique que ce grand derby de football mérite".

Il ne tient qu'à tous les Bretons présents dans le stade qu'il soit chanté, précisément vers 19h30, au moment où les joueurs entreront sur la pelouse.

Si tout le stade se lève à ce moment-là et chante, cela aura une sacrée allure.

Diffusons tout de suite auprès du maximum de personnes en leur demandant d'envoyer à leur tour ces paroles au maximum d'autres personnes.

Si tout le monde joue le jeu, plus de 100 000 personnes pourraient avoir reçu les paroles du Bro Gozh d'ici ce soir.

Paroles de Bro Gozh Ma Zadou

Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro!
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-do.
Dispont kreiz ar brezel, hon tadoù ken mad,
A skuilhas eviti o gwad.

Refrain

O Breizh, ma Bro, me 'gar ma Bro.
Tra ma vo mor 'vel mur 'n he zro.
Ra vezo digabestr ma Bro !

Breizh, douar ar Sent kozh, douar ar Varzhed,
N'eus bro all a garan kement 'barzh ar bed,
Pep menez, pep traonienn, d'am c'halon zo kaer,
Enne kousk meur a Vreizhad taer !

Refrain

Ar Vretoned 'zo tud kalet ha kreñv;
N'eus pobl ken kaloneg a zindan an neñv,
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O! pegen kaer ec'h out, ma Bro!

Refrain

Mar d'eo bet trec'het Breizh er brezelioù braz,
He yezh a zo bepred ken beo ha bizkoazh,
He c'halon birvidik a lamm c'hoazh 'n he c'hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !

About gorm