Atav

La région, en tant que siège d'une des parties constituantes de notre identité, n'est pas une invention des " modernes " mais tout au contraire une réalité ancestrale. L'enracinement local tient plus des Anciens que des Modernes. La région n'est pas le passé, mais ce qui ne passe pas.

La majorité des provinces existaient avant la France, et existeront peut-être après elle. D'ailleurs la France telle que nous la concevons aujourd'hui n'est-elle pas une province qui a su en agglomérer €“ ou conquérir €“ d'autres ?

On ne peut poser sur cette question uniquement un regard de politologue ou de spécialiste du Droit constitutionnel. Il est primordial de s'attacher à l'histoire et, en l'espèce, à l'histoire de France.

Et l'histoire nous montre que si la Région, issue de la " décentralisation ", n'est jamais qu'un réformisme jacobin de plus, la patrie charnelle €“ qu'on la nomme région, province, pays €“ est loin d'être morte. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si les conclusions les moins contestées de la Commission Balladur sont les réunifications de la Bretagne et de la Normandie. On se trouve là bien loin du charabia administratif, en rendant tout simplement à ces deux patries leur intégrité.

Reste à leur confier une part de souveraineté politique pour enfin rompre avec le centralisme étouffant €¦

BREIZH 2004 reconnait quatre niveaux de démocratie et de pouvoir (local, régional, national, européen) et considère que la souveraineté doit s'entendre à chacun de ces échelons. Nous défendons, non pas LA souveraineté mais LES souverainetés €“ locale, régionale, nationale et européenne €“ organisées selon le principe de subsidiarité.

BREIZH 2004 constate qu'il existe actuellement un renouveau régionaliste €“ ou plus exactement localiste €“ qui est en quelque sorte la réponse de l'histoire au communautarisme. Là où le régionalisme des années 60 et 70 prenait plutôt ancrage à gauche, avec de nets accents tiers-mondistes, le localisme séduit les droites et se veut euro-centré. Cette nouvelle droite est à la fois favorable au libéralisme et au capitalisme de l'entrepreneuriat familial et local, et dans un même élan elle conjugue la défense des identités et libertés locales avec la volonté d'une Europe de la défense.

De plus en plus de Bretons ne se reconnaissent pas comme Français, parce qu'au fond €¦ ils ne sont pas Français (héritage) et/ou ne veulent pas l'être (volonté), et en arrivent à contredire le patriotisme républicain, considéré comme hostile au patriotisme enraciné. Est-ce la fin de la République ?

Non, c'est le début d'une ère de transition du citoyen français indifférencié au citoyen régional différencié. Non car à côté, ou en surplus, de ce localisme-régionalisme de cÅ“ur et d'histoire, des racines existent aussi avec un état français de raison. De plus en plus nombreux sont ceux qui €“ parfois même sans se reconnaître fédéralistes €“ se rendent compte de la nécessaire construction locale-régionale-nationale-européenne et recentrent leurs efforts là où ils ont la possibilité d'agir réellement, de parler en direct à leurs compatriotes et même d'être élus.

Il est alors inutile de démontrer que les localistes-régionalistes-fédéralistes ne détestent pas la France. Tout au contraire c'est un peu cette France des terroirs et des clochers qu'ils entendent défendre, là où ils sont, là où ils le peuvent. Ce n'est pas le localisme ou le régionalisme qui déconstruiront la France, c'est son éventuelle persistance à vouloir tout gérer d'en haut, à vouloir conserver la fiction d'un état-nation-république qui redonne vigueur aux tentations séparatistes.

Au final BREIZH 2004 souhaite défendre cette France que l'on aime profondément, et cet amour passe aujourd'hui par la défense de ses régions, et certainement aussi par la défense de l'Europe.

Breizh, Bro C'hall, Europa atav.

Pour BREIZH 2004
Le Président

Claude GUILLEMAIN

""

44, rue Léon Durocher

22730 TREGASTEL

breizh.2004@gmail.com

http://www.breizh-2004.org


Fondé en 2004, BREIZH 2004 a pour mission de soutenir et de diffuser des recherches et des textes d'opinion sur des sujets touchant le développement de la Bretagne en Europe. Lieu d'échanges, de concertation et de débats entre les groupes et les individus qui réfléchissent et agissent pour bâtir la Bretagne, BREIZH 2004 se situe au carrefour de l'observation et de l'action. Il a pour but de susciter la réflexion sur les enjeux d'actualité qui concernent la Bretagne et l'Europe. BREIZH 2004 défend le concept de fédéralisme intégral, de fédéralisme fiscal et de localisme dans le cadre des institutions et dans le cadre de la société.

About gorm