Nouvelle attaque du gouvernement contre le repos dominical


Faites la promotion de la famille naturelle : un père, une mère, des enfants.

Contre l'homoparentalité, nous souhaitons que soient pris en compte le respect de l'enfant, la construction de son identité et son droit à être accueilli et à s'épanouir dans une famille composée d'un père et d'une mère.

Lire le communiqué de presse de CeC

Source : http://www.catholiques-en-campagne.fr/content/view/221/1/
Écrit par Victor Gottereau
06-11-2008

"galerie.jpg"Cette fois, le train est bien parti, propulsé comme il faut par le gouvernement, Nicolas Sarkozy en tête. Objectif : abattre le repos dominical. Rappelons que la première tentative du printemps dernier avait été ajournée : le sujet n'était pas mûr semble-t-il…

Depuis plusieurs semaines, le secrétaire d'Etat chargé de l'industrie et de la consommation, Luc Châtel et le ministre du travail Xavier Bertrand se démènent comme des diables dans un bénitier : interviews incessantes sur le sujet, conférences de presse, rencontres avec les syndicats, le patronat, les évêques. Sont-ils à l'origine du grotesque sondage du " Journal du Dimanche " début octobre affirmant à l'aide d'une grossière manipulation que la majorité des français souhaitent travailler le dimanche ? Il ont même osé se déplacer à Thiais (Val de Marne), où se joue un bras de fer entre enseignes et syndicats, pour soutenir les fraudeurs…

Le projet de loi Maillé prévoit en substance que les enseignes commerciales situées " dans les zones d'attractivité commerciale exceptionnelle " seront exonérées de l'obligation de fermeture du dimanche sur décision du préfet. A l'appui de cette proposition, ses défenseurs affirment qu'elle va favoriser la consommation et donc l'économie, que cela se fera uniquement sur volontariat, et que ceux qui travaillent le dimanche gagneront plus. Examinons rapidement ces points :

Au risque d'énoncer une lapalissade, la consommation est globalement proportionnelle au pouvoir d'achat des citoyens, et non au temps d'ouverture des magasins. Sauf à augmenter encore l'endettement moyen des français (par les temps qui courent, on peut avoir quelques doutes !), la seule chose que va provoquer cette loi est d'augmenter le chiffre d'affaire des magasins qui ouvrent le dimanche au détriment de ceux qui le font pas.

Le principe du strict volontariat est lui aussi un miroir aux alouettes. Croit-on vraiment que lorsque le dimanche sera " travaillable ", les salariés concernés auront le choix ? Comme l'a rappelé avec bon sens le responsable de la CFTC Joseph Thouvenel, " on n'est pas libre quand on est salarié ". Les employés de commerce qui travaillent déjà le samedi peuvent-ils choisir de ne pas travailler ce jour-là ? Pourquoi serait-ce le cas pour le dimanche lorsque la possibilité du travail dominical sera devenue la règle ?

Enfin, l'argument du salaire plus élevé le dimanche ne tient pas non plus, pour une raisons connexe. Absolument rien dans le droit français n'oblige l'employeur à payer plus son salarié un jour particulier de la semaine. Gageons que plus le travail dominical deviendra la norme, plus se réduiront les conditions privilégiées dont bénéficie actuellement la petite proportion de salariés qui est amenée à travailler le dimanche. Là encore, les salariés auront-ils vraiment le choix de s'y opposer ?

En réalité, tout cela cache une philosophie qui n'est pas la nôtre. Car il s'agit bien d'un choix de société. Veux-on d'une société où l'on puisse consommer 7 jours sur 7 et jouir exclusivement de biens matériels ? Où tout est argent, commerce, consommation, plaisir ? Ou au contraire une société dans laquelle un jour sur 7 est collectivement consacré à la famille, la prière, la lecture, la méditation, la détente ? Un jour qui est la " respiration " de la semaine, qui " donne du temps au temps ", qui finalement est tout simplement profondément humain ?

On veut donc faire table rase de cette institution multi-séculaire qui a pétrie les cultures chrétiennes, le bien nommé " jour du Seigneur ", au nom d'un matérialisme consumériste aux relents de mondialisme. On veut mettre Mammon à la place de Dieu.

Aussi, même si la loi que Sarkozy et son gouvernement veulent faire passer au pas de charge est encore timide, c'est un solide " pied dans la porte ". Il est encore temps de s'y opposer. Jouons sur l'opinion qui €“ une fois n'est pas coutume €“ est contre, faisons le siège de nos responsables politiques pour leur faire savoir que nous ne laisserons pas saborder ainsi notre dimanche. A vos plumes !

NB : Plusieurs initiatives ont vu le jour pour défendre le repos dominical. Vous trouverez sur ces sites beaucoup d'informations et du " matériel " d'action :
Le " Collectif des amis du Dimanche " : www.travail-dimanche.com
Blog abordant l'angle catholique de la question : www.repos-dominical.com


About gorm